« Venez goûter aux joies du modelage de l’Argile ! »

La nouvelle session reprendra le 8 janvier 2020 les mercredis, jeudis et vendredis soirs de 18h45 à 20h45 sous forme de 10 séances (hors congés scolaires).

On découvre différentes techniques de modelage ainsi que le décor et l’émaillage sur des thèmes proposés.

Convient aux débutants et continuants. Pour un meilleur encadrement, les places sont limitées à 5 !

Demandez votre bulletin d’inscription dès à présent !  Renseignements : Audrey 06.66.87.76.54

RETOUR en IMAGES sur la 1ère Rencontre de Potiers et de Céramistes !

Ça c’est passé les 16 et 17 novembre 2019 à Molsheim, salle de la Metzig, Place de l’Hôtel de Ville

PORTRAIT d’Audrey c « Les Poteries d’Audrey »

« Depuis 1999 je me suis passionnée pour le travail de l’argile.  En 2002 j’ai décidé de m’engager sur la voie d’une reconversion professionnelle et d’exercer le métier de Potier. Pendant 3 ans j’ai entrepris une formation intensive pour apprendre sur le tas  : à l’Ecomusée d’Alsace, chez différents Potiers de la région et j’ai suivi des cours dans une école de décoration sur céramique à Sèvres. Ces expériences m’ont permis de me familiariser avec diverses techniques et de travailler avec des terres différentes. »

PORTRAIT de Patricia MARINO « Textures Association », exposante

À l’opposé de la production de masse, l’artisan d’art crée et fabrique des produits selon des méthodes issues de la tradition. Patricia Marino, diplômée compagnon potier céramiste en 1975 est formée chez les maîtres potiers traditionnels d’Alsace du Nord. Elle crée tous ses modèles qu’elle fabrique entièrement à la main. Elle a développé son propre style, ses lignes de porcelaine et de grès blanc aux émaux précieux inspirés de l’eau et des brumes du Ried. Sa production s’articule autour d’un émaillage très solide, dans des gammes très fines de bleus, allant du presque noir aux reflets émeraude.


PORTRAIT de Fredy BAYET « Les Poteries de Fredy », exposant

« Chimiste-formulateur en peinture automobile, cadre dans une multinationale, je décide à 48 ans de tourner la page et d’apprendre à travailler la céramique d’art et exprimer ainsi ma créativité débordante ! Echecs et réussites parsèment mon chemin et je ne cesse de trouver à améliorer mon savoir-faire. Je me suis également découvert un goût pour la pédagogie et la transmission du métier de potier. J’œuvre actuellement auprès de jeunes Apprentis d’Auteuil dans l’Essonne. Je me suis lancé, il y a quelques années dans un travail collaboratif, avec keira Messadi, Céramiste-modeleur plâtre. Deux terres de haute température se confrontent : le grès, ma terre de prédilection, et la porcelaine celle de Keira ; deux techniques : le tournage terre et le coulage ; deux approches : l’infiniment grand versus l’infiniment petit ; la pièce unique versus la mini-série ; la terre versus la mer. »

PORTRAIT de Philippe SUTTER « Atelier Terre de Lumières », exposant

« Je façonne le grès et la porcelaine, je réalise des pièces uniques selon un procédé de fabrication traditionnel, le tournage, une technique de production éprouvée depuis plusieurs millénaires. C’est aussi et surtout l’expression d’un corps en mouvement aux prises avec une matière subtile et difficile pour la transformer en une œuvre de l’esprit.
J’accorde une très grande importance aux techniques de l’émaillerie car je considère que mes émaux habillent mes pièces. C’est aussi et surtout entrer dans le monde de la chimie minérale, un univers passionnant et infini ! »

PORTRAIT de Gilles BAUDRAS « Fanny et Gilles », exposants

« Nos travaux – entièrement faits main – sont réalisés en faïence, et certains (plaques de maison, plats, dessous de plat, tableaux triptyques) sont travaillés et émaillés selon la méthode des émaux cloisonnés de Longwy (54 – Meurthe-et-Moselle). D’autres réalisations sont moulées : coqs, poules, vaches, mésanges, escargots, hérissons, chats. Nous avons développé tous les modèles et les moules. »

PORTRAIT de Maxime DEFER « Max », exposant

Maxime Defer a tout d’abord suivi une formation d’ébénisterie et travaillé comme menuisier, avant de se diriger vers la céramique, fasciné les vernis antiques cuits découverts au cours d’un stage chez son père, le céramiste Bernard Defer.
Il travaille lui-même une pâte d’argile venant d’une carrière proche de son atelier. Il la tourne, la fait sécher et vient ensuite le long travail de l’engobe sigillé (couches successives d’une argile affinée par décantation et polissage). Les sigillées de Maxime Defer sont de subtiles terres satinées, brillantes, métallescentes ou mates. Il apporte un souffle de modernité à une technique antique, obtenant des effets précieux avec une grande économie de moyens et un profond respect de la nature.

PORTRAIT d’Ourida DE POLI « Mille et un Pétales », exposante

Passionnée par le façonnage de la terre, Ourida De Poli crée des petites merveilles de finesse et de détails : des dizaines de fleurs en céramiques qu’elle réunit en d’immortels bouquets, appose sur des pieds de lampes ou monte en bijoux. Une constante dans sa création peut-être inspirée par son prénom : fleur en arabe. Bouquets de marguerites, d’arums, d’œillets, d’orchidées, fidèles reproduction ou fleurs nées de l’imagination d’Ourida de Poli, toutes les pièces crées sont le fruit d’une extrême minutie et d’un travail constant. Cette horlogère de formation, installée à Delle (territoire de Belfort), a sans doute puisé dans la précision de son métier celle requise pour façonner ses fines fleurs en céramique… Extraits de texte : Véronique Vuillemin-Filippi